Interview de Rémy BARANGER

Sep 14, 2021 | Interview RESPONSABLES ! by Adetem | 0 commentaires

Avant même de parler d’IBM, tu viens de lire ce manifeste, quelle est ta première réaction ? 

J’applaudis des deux mains ! Ce manifeste nous dit qu’il doit y avoir une rencontre entre notre conscience de citoyen et le marketing que nous pratiquons. Il doit éveiller les quelques consciences encore assoupies, mais surtout il doit déclencher des attitudes effectives et des plans d’actions à la fois ambitieux et concrets. 

Tu es Performance Marketing Director, IBM France : en deux mots, tu peux préciser ton périmètre de responsabilité ? 

Mon rôle consiste à assurer que les actions menées par le marketing d’IBM France sont cohérentes par rapport aux attentes du marché et à nos ambitions business. Je coordonne, pour ce faire, les différentes disciplines qui conçoivent les actions (digitales, événementielles, etc.), les exécutent et en monitorent les résultats. 

En quoi le marketing d’une entreprise comme la tienne s’inscrit-il dans une démarche responsable ? Et surtout, quel est ton engagement personnel en faveur d’un marketing plus responsable ? 

Le marketing doit d’abord amplifier la démarche responsable de l’entreprise elle-même. A cet égard, IBM a annoncé cette année une série de 21 objectifs de durabilité environnementale, qui couvrent les économies d’énergie, l’approvisionnement en énergies renouvelables, la réduction des émissions de carbone, la biodiversité, la gestion des déchets et de l’eau, etc. Il appartient au marketing d’être le fer de lance de cette démarche d’entreprise. 

Le marketing doit également être responsable à son échelle. Cela se traduit principalement par la construction d’un écosystème de prestataires et de partenaires qui partagent les mêmes valeurs et prennent eux-mêmes des initiatives allant dans le sens de ces valeurs. C’est principalement à ce niveau que je m’engage personnellement.  

J’ajoute qu’IBM s’est toujours attaché à adopter une éthique irréprochable dans les domaines de l’inclusion, de la diversité, et plus largement du respect de chacun. Cette attitude doit exister en interne, mais bien entendu également vis-à-vis des audiences auxquelles on s’adresse. C’est là aussi un domaine d’engagement personnel important. 

Quelles sont encore vos marges de progrès ? Celles de ton entreprise, et celles de ton secteur d’activité ? 

Les marges de progrès sont multiples et touchent en réalité à tous les domaines. Si les choses étaient parfaites cela se saurait. Aujourd’hui on critique les entreprises parce-qu’elles communiquent beaucoup mais agissent peu. Je dirais que la marge de progrès n’est plus tant dans le passage des paroles aux actes, mais plutôt dans la concrétisation des actes par des résultats ! 

Dans le secteur de l’IT, les innovations technologiques – intelligence artificielle (IA), 5G, Internet des objets (IoT), cloud, blockchain et autres – doivent accélérer la résolution des problèmes environnementaux. Dans ce cadre, IBM participe notamment à la « Coalition verte numérique européenne » (European Green Digital Coalition – EGDC), qui travaille en étroite collaboration avec la Commission européenne. Cette coalition vise notamment à rendre le secteur technologique plus durable, circulaire et zéro pollueur, tout en contribuant à une société innovante, inclusive et résiliente. 

 

 

Rémy BARANGER

Directeur du marketing opérationnel
IBM

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This